Quand le sport unifie les groupes antagonistes